Contact

Plateforme Féministe contre les Violences Faites aux Femmes (PFVFF) Feministisch platform tegen geweld tegen vrouwen (FPGV)

Le blog Stop Féminicide a été créé et est mis à jour par la Plateforme Féministe contre les Violences Faites aux Femmes. 

Cette plateforme regroupe des organisations indépendantes des gouvernements et des partis politiques qui souhaitent réfléchir et agir contre les violences envers les femmes en Belgique, à travers une lecture et une approche féministes.

Ces organisations se fédèrent autour de la charte commune que vous trouverez au bas de cette page.


Membres de la PFVFF
Vrouwen in het zwart Leuven
Furia
ella - kenniscentrum gender en etniciteit
Persephone
Garance
GACEHPA
Solidarité femmes et refuge pour femmes battues
Collectif contre les violences familiales et l'exclusion (CVFE)
Vie Féminine
Synergie Wallonie pour l’égalité entre femmes et hommes
SOS Viol
La Voix des femmes
Fédération laïque des centres de planning familial (FLCPF)
GAMS
Furia
Femmes et santé
JUMP
Maison Maternelle Fernand Philippe
Maison Plurielle
Le Monde selon les femmes
Intact
Intal
Arab Women's SolidarityAssociation-Belgium (AWSA-Be)
CEFA
Collectif des femmes
Bruxelles laïque
Des Mères Dont Nous
YMCA Belgium
YMCA Antwerpen



Charte de la Plateforme féministe contre les violences faites aux femmes

Les violences faites aux femmes et aux filles sont une violation de nos droits humains et une question de justice sociale. Il s'agit d'un outil clé du système de domination patriarcale et pas seulement d'une conséquence des inégalités entre les femmes et les hommes. Nous comprenons par système de domination patriarcale une préférence systématique et sociétale de la norme masculine ce qui se manifeste concrètement dans les structures de la société (famille, justice, emploi, langage, pouvoir...). La domination patriarcale est inséparable d'autres formes de domination comme le racisme, l'hétéronormativité, le classisme et le validisme.


Les violences faites aux femmes et aux filles peuvent prendre des formes psychologiques, verbales, sexuelles, physiques, spirituelles, économiques, sociales, institutionnelles, collectives... De plus, elles prennent des formes et ont des conséquences différentes par rapport à la diversité des femmes et des filles. Les violences s'articulent ainsi dans un continuum, et cela sur deux plans. D'un côté, les violences faites aux femmes et aux filles sont liées entre elles. La domination patriarcale, et avec elle les violences sexistes, traversent tous les domaines de la société et de la vie. De l'autre côté, le système de pensée dominant ne permet pas aux femmes d'identifier avec certitude des vécus comme violence et rend floues les limites entre l'acceptable et l'inacceptable. Les politiques et lois actuelles, de par leur segmentation, ne reflètent pas cette expérience de violence des femmes et des filles et, par conséquence, ne peuvent pas atteindre une efficacité optimale.



Les violences touchent les femmes et les hommes, les filles et les garçons de manière inégalitaire :
• Parmi les victimes de violence, les femmes et les filles sont surreprésentées, notamment quand il s'agit des formes de violence répétitives, sexualisées et commises par des proches. Si une personne se trouve au croisement de plusieurs systèmes de domination, cela accroît le risque qu'elle se voit confrontée à de la violence ;
• Parmi les auteurs, les hommes constituent la grande majorité, même si des femmes peuvent également être auteures de violence. Dans la société en général, et ce, même au sein du mouvement féministe, le manque d'analyse intersectionnelle mène à la discrimination, l'exclusion et la violence envers des femmes minorisées ;
• Les violences envers les femmes et les filles ont un effet sociétal différent de celles envers les hommes et les garçons (même si elles n'ont pas le même effet sur toutes les femmes et filles) : elles sont un facteur important dans la féminisation de la pauvreté, le renforcement des stéréotypes de genre et la dégradation de la santé mentale et physique des femmes et des filles ;
• Les violences faits aux femmes ont la fonction de créer et renforcer chez elles le sentiment d'insécurité, leurs stratégies d'évitement et les limitations de leurs libertés qui en découlent. Elles participent à la subordination des femmes dans tous les domaines de la société ;

Une lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles qui ne tient pas compte de ces points sera inefficace ou aura des effets pervers.
En vue de l'éradication des violences faites aux femmes et aux filles, nous demandons, entre autres :
• la (re)connaissance par les institutions et la population de la complexité des violences faites aux femmes et aux filles ;
• la prise de conscience, le positionnement catégorique et l'investissement actif de la société pour la prévention et le suivi des violences faites aux femmes et aux filles ;
• la solidarité entre toutes les femmes et les filles, dans toute leur diversité, dans la lutte contre les violences ;
• de rendre aux femmes et aux filles la capacité individuelle et collective d'action, de résistance et de lutte contre les violences ;
• le développement de stratégies de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles à partir de leurs expériences personnelles et collectives ;
• la responsabilisation des auteurs des violences faites aux femmes et aux filles à travers la réparation ;
• de déconstruire et de combattre les stéréotypes sur les (violences faites aux) femmes et (aux) filles.



Si vous souhaitez rejoindre cette plateforme, c'est-à-dire participer concrètement aux réflexions, aux prises de décisions et à l'organisation d'événements, nous vous invitons à approuver la charte et à remplir le formulaire d'adhésion en cliquant sur ce lien.


Contacts
Blog Stop Féminicide : stopfeminicide@gmail.com
PFVFF/FPGV : gtv.vff@gmail.com